Make your own free website on Tripod.com
De Paris a Auckland sans avion
Cambodge

Home

Carte d'identite
Le Parcours
Pourquoi un tel voyage ?
Preparatifs
La Meteo
Europe
Turquie
Iran
Pakistan
Inde
Nepal
Tibet
Chine
Laos
Thailande (partie 1)
Cambodge
Thailande (partie 2)
Malaisie
Singapour (partie 1)
Indonesie
Singapour (partie 2)
Cargo de Singapour en Australie
Australie
Nouvelle-Zelande
Chat, Forum et Livre d'invites

Du 23 au 26 mars 2001

oceanie.gif

23 mars 2001- Bangkok - frontiere - Siem reap

Depart pour le Cambodge. Notre minibus part a 7H30 du matin pour arriver a la frontiere 5 heures plus tard. Le passage en douane est plutot long car nous devons attendre que tout le groupe soit passe. De l'autre cote un homme nous attend et nous assigne nos pick up. Nous nous installons a l'arriere avec deux suisses-italien et nous asseyons sur nos sacs a dos. Puis arrivent 2 autres personnes et encore 2 autres. Nous sommes maintenant 8 personnes bien entasses a l'arriere. 4 autres personnes plus le conducteur sont dans la cabine devant. Le temps se met serieusement a se couvrir. Le trajet de 150km qui relie la frontiere a Siem Reap se fait, si tout se passe bien, en 5-6 heures ce qui vous donne une indication de l'etat pitoyable de la route. Deja pas mal de personnes nous avaient prevenus de lenfer que serait ce trajet et nous apprehendons pas mal le voyage. La voiture part et deja il commence a crachiner. Nous sommes transbahutes de gauche a droite, en arriere, en avant. La route est formee de veritables crateres et de gros cailloux qui vous font presque chavirer du Pick up quand vous passez dessus. Les camions roulent a 10km/heure tellement la route est accidentee. Apres 1H30 de trajet nous nous arretons diner puis reprenons le pick up alors quune averse commence a tomber. Nous nous abritons sous la bache et nous recroquevillons a linterieur en essayant de nous proteger de la pluie. Comme en a Thongpaphum en Tailande, l'averse devient un veritable deluge qui laisse place a l'orage et a ses eclairs. La nuit commence a tomber. Notre pick up s'arrete devant un pont de fortune (comme tous les ponts sur la route dailleurs) qui a cede sous le poids dun camion. On ne peut plus avancer et il faut prendre un detour par les champs de riz. L'orage gronde de plus belle, la pluie tombe comme je ne navais jamais vu ca. (je raconte bien les histoiresnon ???). Il fait presque noir maintenant.
Puis la voiture senlise dans les enormes flaques d'eau. Impossible de la faire avancer. Un cambodgien qui nous accompagne sort le premier et essaie de la pousser mais en vain. Sous la bache tout le monde prie pour que nous sortions de ce bourbier mais rien a faire. Il faut donner un coup de main a notre ami et Geraud et moi sommes les premiers a sortir pour aider a pousser. Nous sommes bientot suvis de nos 6 autres compagons puis des gens situes dans la cabine a l'avant qui avaient paye un supplement pour etre assis confortablement sur une banquette et qui doivent maintenant bien le regretter. Seul le conducteur est maintenant a bord et nous poussons tant que nous pouvons pour sortir la voiture de la. La voiture repart mais s'embourbera quelques metres plus loin. Les gens de lautre pick up viennent nous aider. Nous sommes une bonne quinzaine a pousser tirer la voiture et une fois la notre sorti, nous aidons lautre pick up a s'en sortir. La pluie par endroit nous arrivent jusquau genoux. Le terrain est boueux et tres glissant, beaucoup tombent la tete la premiere dans la boue.et la pluie et il faut faire bien attention a ne pas se retrouver sous la voiture. Nous tirons la corde a lavant, poussons a l'arriere. C'est un veritable Camel Trophy ! Ce qui etait un supplice au debut est devenu une bonne partie de rigolade pour tout le monde. Geraud et moi sommes fous de joie. Des que notre voiture est sortie d'un obstacle, nous aidons l'autre pick-up a s'en sortir. Finalement apres 2 heures d'efforts, nous ramenons les voitures sur la route juste apres le pont.
Nous continuons le trajet assis sur la bache qui protege nos sacs deja trempes de la pluie. La pluie cesse de tomber une vingtaine de minutes plus tard et nous nous mettons tous a chanter a l'arriere en italien, en anglais, en francais... Nous arrivons a Siem Reap 9 heures apres etre partis de la frontiere soit une moyenne de 16 kilometres par heure. La ville fait tres provinciale et a l'air tres paisible. Au passage nous croisons des magnifiques hotels de l'epoque coloniale. Il est presque minuit et nous nous mettons directement au lit. Ce souvenir restera imperissable.

24 et 25 mars 2001 - Siem reap et les temples d'Angkor

Pas de temps a perdre aujourd'hui, nous sommes venus au Cambodge pour voir les temples dAngkor..Reveil a 8H30, petit dejeuner et nous louons les services de deux cambodgiens qui nous amenent derriere leur moto visiter les temples. Le site est vraiment enorme et s'etale sur une cinquantaine de kilometres. Nous commencons d'abord par le temple de Bayon qui ressemble de loin a un enorme tas de pierres entasses. Puis quans nous nous approchons,nous decouvrons la splendeur du monument et tous ses details, les grands visages de boudha et les petits cloitres ou les gens viennent encore prier. Juste a cote, nous visitons la construction pyramidale du temple de Baphuon, les terraces d'elephants et le temple Phimeanakos. Un de mes temples preferes est celui de Ta Prohm qui a ete laisse a la jungle. Il est tel que les explorateurs francais l'ont decouvert au 19eme siecle. Enfin le temple d'Angkor, le plus gros monument religieux en pierre au monde et tres bien preserve. Cest sans conteste le clou du spectacle; les bas reliefs sont superbes et en excellent etat de conservation. En fin d'apres-midi, nous assistons au couche de soleil depuis le temple. Magnifique ! Je ne vais pas ici vous raconter la totalite de notre visite car cela prendrait trop de temps. Si vous souhaitez en savoir plus sur les temples d'Angkor, faites une recherche sur internet. Le soir nous nous rendons dans un bar dexpatries et de routards. Nous discutons avec un francais expatrie qui est chef de la restauration dans le tout nouveau Novotel. Selon lui Angkor acceuille 350.000 visiteurs par an mais ce chiffre devrait atteindre 2 millions dans 5 ans. Dans le bar nous recontrons aussi un francais completement disjoncte qui nous sort : "Vous etes tous des petits serpantins". Cette phrase et cette personne resteront dans les anales de notre voyage. Dimanche, nous louons nous memes un scooter et continuons la visite du site bien ecourtee par la pluie; visite d'un des plus vieux temples du site : Le Banteay Srei, une petite merveille. Puis visite du Preah Rup.et de deux autres petits temples. Il y a tellement de temples ici ,qu'il est impossible de tous les visiter en 2 ou 3 jours. Il faut se concentrer sur les plus importants.

26 mars 2001 - Siem Reap - Frontiere - Bangkok - Surat Thani

Depart a 7H00 du matin pour la Thailande. Cette fois ci Geraud et moi decidons de payer un supplement pour rester dans la cabine devant. L'experience du voyage aller etait sympa mais nous ne voulons pas la reetirer. Une heure avant darriver a la frontiere, la pluie commence a tomber et les gens installes a l'arriere du pick-up nont meme pas de bache pour se couvrir. Nous sommes bien contents au sec dans notre cabine mais nos sacs a dos qui etaient a l'arriere sont trempes. De lautre cote de la frontiere, nous attendons que le minibus se remplisse pour partir sur Bangkok ou nous arrivons vers 21H00. Nous prenons un taxi pour l'autogare et reussissons a embarquer dans le dernier bus de nuit pour Surat Thani